mercredi 22 août 2007

Sentiments anonimes dans le Delta du Danube

Position: Delta du Danube, la 4 ième édition du Festival International de Film Indépendant «Anonimul», 13-19 aout



Responsabilités: bénévole avec norme entière de responsabilités, parfois en s’agitant plus que les autres organisateurs

















David a dit que dans un festival les plus importantes sont les relations qui se créent entre les gens. C’était la dernière journée du festival; après une nuit blanche nous sommes allez a la plage pour voir le lever du soleil. Son vrai nom est David Casals Roma et il a gagne cette année le prix du public pour son court métrage «Save the world»; sur son portable il a des vidéos avec ses deux filles blondes, qui sont adorables.














JJ Cervier a gagne l’année passée le premier prix pour son court-métrage «Le temps des cerises» et cette année a fait partie du jury. Il a les yeux très bleus, 1.71m et je ne vais jamais oublier sa tête baigne après qu’il s’est jeté habille dans la piscine le dernier soir du festival. Ni sa blague avec l’hérisson.



Sergio Canella a été le seul qui a fait du marketing pour son film. Apres avoir pose des cartes de pub pour son film sur chaque chaise de la salle nr.2, le public n’a pas été tres nombreux. Dommage. On espère qu’il va avoir plus de chance dans un festival écologiste, car son film «Carpa Diem» est tes éducatif (vous pouvez le voir sur son site: www.sergiocannella.it).
Malheureusement, je n’ai pas interagit avec les autres que par hasard, mais la plupart des gens ont été très intéressants. Et les nuits à cote de la piscine ou ils fessaient des blagues ont vraiment pimente l’atmosphère.




























Rétrospective:


  • Découverte du Delta; promenade en bateau sur les canaux avec un guide très communicatif et descente dans l’eau, qui n’était pas très profonde; photo de group.



















  • J’étais en charge du jury de la section de court-métrages, donc j’ai vu la plupart des «shorts films». Beaucoup des idées, des tentatives d’atteindre la limite, des films tres expérientiels ou tres photographiques, un peu d’amour et de rêve. La fascination qui s’installe quand la lumière s’étend dans la salle de cinéma.



  • Ken Loach: l’invite spécial du festival, le metteur en scène anglais a un discours tres profond et mature sur le cinéma. J’ai l’impression que j’assiste a une initiation dans un nouveau monde, un monde que j’ai devine jusqu'à maintenant, mais les limites duquel j’ai jamais transgressé. 2 conclusions importantes:
    *le cinéma ne va jamais mourir, car les jeunes préfèrent toujours au lieu de voir un film sous le même toit que leurs parents
    *il faut qu’on encourage les films européens dans leur lutte avec les films américains. Dans ce sens-la, les festivals sont une bonne idée.














  • Cristian Mungiu: le metteur en scène du film roumain «4 mois, 3 semaines et 2 jours» qui a gagne la Palme d’Or a Cannes répond au rendez-vous avec son public. J’ai une sensation de malaise après la projection de son film, quoi que je le trouve intéressant.



  • Le meilleur long métrage (grand prix du festival): est gagne par le film roumain «California dreamin’», celui qui a gagne aussi Un certain regard a Cannes. Un film touchant, amusant, fort et dur dans le même temps. Le metteur en scène de celui-ci est mort l’année passe dans un accident de voiture, donc le public est deux fois plus impressionné. Feux d’artifices sur les accords de la chanson «Allegria» et l’impression qu’on assiste a un moment historique.









  • Balade sur la plage, pour voir l’endroit ou le Delta se jette dans la Mer Noire. Et un dragon en bouteilles de plastique qui regarde attentivement les gens qui polluent la région.














  • Frustration: parce que les organisateurs sont sourd aux propositions d’améliorer certains aspects du festival; parce qu’on doit déranger les gens pendant qu’ils mangent pour les communiquer des choses; a cause des ironies et des commentaires gratuits. Mais je suis contente que j’étais la; dans une chambre immense, avec mes meilleures amies (Mada-alias «pisi»=«petit chat», Elena et Felicia), dans un endroit magnifique, avec qqn qui a cuisine pour nous 3 fois par jour, avec des gens très intéressant autour. Les films et les invites ont mérité tout l’effort. Qu’allegria!





P.S: JJ, il faut qu'on se revoit pour te raconter les secrets de dimanche :-)

1 commentaire:

ele a dit…

C'est quoi les secrets de dimanche? C'est lié a Brigitte Bardot? :) En lisant tes impressions sur le festival je commençais à me rendre compte que j'oublie déjà les mauvaises moments et que en peu de temps je vais me rappeler que les bons. Et on a eu des ça, comme tu le dis très bien...